l'alcool affecte votre cerveau

COMMENT L’ALCOOL AFFECTE-T-IL LE CERVEAU ? (CE N’EST PAS TRÈS JOLI)

Points Forts:

  1.  Les dommages de l'alcool vont bien au-delà des maux de tête et du brouillard cérébral que vous ressentez le matin après avoir trop bu
  2. Plus vous allez boire plus le cercle vicieux qui va se mettre en place sera un gros défis à relever
  3. Une consommation excessive d'alcool provoque diverses altérations chimiques et moléculaires dans le cerveau 
  4. La consommation d'alcool entraîne une diminution du volume cérébral global
  5. L'abstinence d'alcool sur une période de temps prolongée peut entraîner une restauration des cellules dans le cerveau

Vous êtes-vous déjà demandé: «Qu'est-ce que l'alcool fait à votre corps?» En particulier, comment l'alcool affecte le cerveau? La vérité est que les dommages vont bien au-delà des maux de tête; et du brouillard cérébral que vous ressentez le matin après avoir trop bu. Les effets de l'alcool sur le cerveau sont profonds; et une consommation excessive d'alcool peut vous préparer à certaines des maladies cérébrales les plus redoutées. Les effets à long terme de l'alcool peuvent également recâbler complètement votre cerveau, ce qui augmente le risque de dépression et d'autres conditions.

Le lien entre l'alcool et la démence

La façon dont l'alcool affecte le cerveau est probablement plus complexe que la plupart des gens ne le pensent. Certes, il est bien connu que la consommation chronique d'alcool excessif peut avoir des effets néfastes sur le corps. Pourtant, une surprenante étude montre un lien fort entre la démence à début précoce , dans laquelle un individu commence à montrer des symptômes de démence avant l'âge de 65 ans et la dépendance à l'alcool.

L'étude indique que la consommation excessive d'alcool, ainsi que d'autres troubles liés à la consommation d'alcool, sont des facteurs de risque importants de démence qui peuvent raccourcir la durée de vie de 20 ans, la démence étant la principale cause de décès.  

Beaucoup de gens ne savent pas que le cerveau est composé à 85% d'eau, donc tout ce qui vous déshydrate comme la caféine ou l'alcool est mauvais pour le cerveau.

Alors, en quoi la démence, qui jusqu'à présent était principalement synonyme de maladie d'Alzheimer, est-elle liée à l'alcool? Pour comprendre le lien entre les deux, il est d'abord utile de comprendre les effets de l'alcool sur le cerveau dans son ensemble. 1 , 2 )


Alcoolisme

La consommation excessive d'alcool est considérée comme trois verres par jour pour les femmes; et quatre à cinq verres par jour pour les hommes. 3 ) Plusieurs facteurs déterminent les effets de l'alcool sur le cerveau: ( 4 ) 

  • La quantité et la fréquence de consommation d'alcool
  • Âge au début de la consommation d'alcool
  • Exposition prénatale à l'alcool
  • Âge, sexe, origine génétique / antécédents familiaux
  • Niveau d'éducation
  • État de santé général

Les symptômes de l'alcoolisme sont:

Physique

  • Mauvaise coordination
  • Troubles de l'élocution
  • Ralentissement des temps de réaction

Psychologique

  • Pensée altérée
  • Perte de mémoire

Comportementale

  • Adopter des comportements à risque
  • Comportement addictif
  • La dépression

Le sevrage ou l'abstinence d'alcool entraîne transpiration, nausées, tremblements, anxiété; et délire tremblements; qui peut inclure des hallucinations visuelles ou auditives. L'alcool affecte le cerveau et les effets immédiats sont similaires après quelques verres.

Lorsque vous consommez de l'alcool, votre foie le décompose en sous-produits non toxiques mais avec une consommation excessive; votre foie est incapable de répondre aux exigences requises et l'alcool reste dans la circulation sanguine. Les effets de l'alcool sur le cerveau dépendent de la concentration d'alcool dans le sang (BAC) d' un individu 5 ) 

Comment l'alcool affecte-t-il le cerveau?

Une augmentation du taux d'alcoolémie interagit avec le cerveau à travers la barrière hémato-encéphalique. Une fois dans le système nerveux central, l'alcool provoque des altérations de comportement en agissant sur des régions spécifiques du cerveau sensibles aux modifications chimiques.

Régions du cerveau affectées par l'alcool

Voie mésolimbique 

L'alcool stimule la voie mésolimbique, ou la voie de récompense, dans le cerveau; et libère de la dopamine provoquant une sensation de plaisir.  

Cette voie est la voie principale impliquée dans la toxicomanie dans laquelle une stimulation constante de la voie nécessite plus d'une substance pour créer le même niveau de plaisir. Des études ont montré qu'une voie qui est activée à plusieurs reprises, dans ce cas en buvant, se couvre d'une colle semblable à un maillage qui rend difficile la formation de nouvelles synapses ou la rupture des anciennes. Cela explique pourquoi la dépendance est si difficile à surmonter, le schéma est enraciné et maintenu de cette façon dans le cerveau. 6 , 7 )

Régions du cerveau affecté par l'alcool

Lobe frontal et cortex préfrontal 

Cette région est impliquée dans la prise de décision, la motivation, la planification, l'établissement d'objectifs, la résolution de problèmes de jugement, la conduite sociale et l'inhibition des impulsions. Des études neuropathologiques ont montré une forte réduction du nombre de neurones dans le cortex préfrontal des alcooliques; et une masse cérébrale globale réduite par rapport aux témoins (buveurs sans alcool). 8 , 9 ) Les dommages au lobe frontal / cortex préfrontal entraînent des changements émotionnels et de personnalité.  

Hippocampe 

L'hippocampe se situe dans le système mésolimbique; et est impliqué dans la motivation, la navigation spatiale, l'émotion et crucial pour la formation des souvenirs 10 ) Il existe des preuves que l'hippocampe peut également jouer un rôle dans la peur et l' anxiété 11 ) L'hippocampe est également l'un des rares sites de neurogenèse dans le cerveau adulte.  

La neurogenèse est le processus de formation de nouvelles cellules cérébrales à partir de cellules souches (cellules indifférenciées pouvant donner naissance à tous les types de cellules). Des études suggèrent  que l'augmentation des doses d'alcool crée une perturbation de la croissance de nouvelles cellules, ce qui conduit à un déficit dans des domaines spécifiques tels que l'hippocampe, ce qui entraînera une diminution de l'apprentissage et de la mémoire. 12 ) La neurogenèse hippocampique est résiliente et s'est révélée guérir après 30 jours d'abstinence. Bien qu'il semble y avoir une vulnérabilité accrue aux rechutes. 13 )

Hypothalamus 

Faisant également partie du système limbique , l'hypothalamus a des connexions avec de nombreux systèmes et est impliqué dans l'apprentissage; et la mémoire, les fonctions de régulation, l'alimentation / la boisson, le contrôle de la température, la régulation hormonale et l'émotion. Des dommages à long terme à l' hypothalamus dus à l'alcool entraînent des déficits de mémoire et une amnésie peut s'ensuivre. 14 )

Cervelet 

Le cervelet représente environ 10% du poids total du cerveau mais contient environ la moitié des neurones. 15 ) Petit mais puissant, le cervelet coordonne le mouvement volontaire, l'équilibre, le mouvement des yeux; et est intégré dans les circuits pour la cognition et l'émotion. L'abus d'alcool entraîne une atrophie au sein de la substance blanche du cervelet. 16 )

Amygdale 

Au sein du lobe temporal, l'amygdale a des connexions avec le cortex préfrontal, l'hippocampe et le thalamus; et assure la médiation des émotions (amour, peur, rage, anxiété) et aide à identifier le danger.

Connexes : Comment l'alcool affecte votre entrainnement

Comment l'alcool affecte-t-il le cerveau: alcool et neurotransmetteurs

L'alcool affecte la chimie du cerveau en modifiant les niveaux de neurotransmetteurs dans les régions susmentionnées.  

Les neurotransmetteurs sont les messagers chimiques du cerveau qui transmettent les signaux au sein du système nerveux central et s'étendent dans tout le corps. Les altérations des neurotransmetteurs dans les régions spécifiques provoquent des changements dans le comportement et les fonctions motrices d'un individu.  

Les neurotransmetteurs sont soit excitateurs et augmentent l'activité électrique dans le cerveau, soit ils inhibent ou diminuent l'activité électrique dans le cerveau.  

Récepteurs GABA et NMDA 

L'alcool ralentit le cerveau en se liant aux récepteurs inhibiteurs GABA et NMDA. Ce ralentissement se traduit par une confusion des mots, une diminution de la mémoire et une fatigue. 17 )

Dopamine 

Un neurotransmetteur excitateur qui est augmenté dans la voie mésolimbique, médiant les circuits de récompense.

Norépinéphrine 

La libération de norépinéphrine en conjonction avec les augmentations temporaires d'adrénaline, de cortisol; et de dopamine crée une sensation de fête sans stress. 18 ) L'abus chronique d'alcool entraîne une diminution de ces neurones qui libèrent de la noradrénaline, ce qui entraîne une altération de l'attention, du traitement de l'information et un effet négatif sur l'apprentissage et la mémoire. 19 )

Glutamate  

Le glutamate est un neurotransmetteur excitateur mais il est empêché de se lier à son récepteur NMDA par l'alcool. L'incapacité de se lier à son récepteur entraîne des effets dépresseurs globaux dans tout le cerveau. 20 )

Sérotonine 

Un autre neurotransmetteur excitateur impliqué dans les effets plaisir / récompense de la voie mésolimbique. Des études ont montré une réduction de 50% des cellules sérotoninergiques avec abus chronique d'alcool, entraînant des altérations de l'humeur, de la pensée, de l'appétit et du sommeil. 21 )

Après l'augmentation initiale des neurotransmetteurs excitateurs, la stimulation disparaît et il y a une accumulation des neurotransmetteurs inhibiteurs; GABA et NMDA. Cela se traduit par la «rémanence» déprimée, atténuée et fatiguée d'une nuit de beuveries.  

Syndromes liés à l'alcool

Suite à des études chroniques de consommation excessive d'alcool, on a constaté une diminution globale de la densité neuronale des volumes de flux sanguin régionaux et du métabolisme du glucose 22 , 23 , 24 )

La diminution du métabolisme du glucose due à la consommation d'alcool est due à une diminution de la thiamine. La thiamine (également connue sous le nom de vitamine B1) est essentielle pour tous les tissus du corps, en particulier le cerveau. Le cerveau a besoin de thiamine en raison de son rôle essentiel dans le métabolisme du glucose et la synthèse des neurotransmetteurs. 25 ) 

Une diminution de la thiamine peut se produire de deux manières en raison de la consommation d'alcool. L'une est une mauvaise alimentation et l'autre est due à une diminution de l'absorption et de l'activation de la thiamine. Le corps a des réserves de thiamine, mais elles s'épuisent lors d'une forte consommation d'alcool. Si la consommation excessive d'alcool devient chronique, ces réserves n'ont pas à être en mesure de récupérer et un individu commence à avoir une carence en thiamine . Parmi les personnes présentant une carence en thiamine due à la consommation d'alcool, 80% continueront à développer:

Encéphalopathie de Wernicke 

Une personne atteinte d' encéphalopathie de Wernicke souffrira de confusion mentale, de troubles oculomoteurs (troubles des muscles qui bougent les yeux) et de difficultés de coordination musculaire. 26 ) 

Psychose de Korsakoffs 

Effets 80 à 90 pour cent  des personnes atteintes d'encéphalopathie de Wernicke. Les personnes présentant des symptômes de la psychose de Korsakoff ont de la difficulté à marcher et de graves problèmes d'amnésie, en particulier d'amnésie antérograde ou de formation de nouveaux souvenirs. 27 )

Démence liée à l'alcool

La recherche montre que le risque de développer une démence est trois fois plus élevé chez les gros buveurs que chez les autres. La démence due à l'alcool englobe à la fois l'encéphalopathie de Wernicke et la psychose de Korsakoffs. 28 )

Les autres syndromes dus à la consommation d'alcool sont:

  • Encéphalopathie hépatique: un dysfonctionnement hépatique survient à la suite d'un abus chronique excessif d'alcool entraînant des changements dans les habitudes de sommeil et l'humeur, en plus de serrer la main et de réduire la durée d'attention. 29 ) Les dommages au foie causés par l'alcool entraînent une augmentation de l'ammoniac dans le sang qui a un effet neurotoxique sur le cerveau. 30 )
  • Syndrome cérébelleux avec atrophie vermale antérieure supérieure: Le patient présente des symptômes de démarche générale, des difficultés de mouvements oculaires et une dysarthrie (ralentissement ou troubles de l'élocution). 31 )


Réflexions finales sur la façon dont l'alcool affecte le cerveau

  • Une consommation excessive d'alcool provoque diverses altérations chimiques et moléculaires dans le cerveau qui sont à la base de plusieurs manifestations comportementales et physiques.  
  • Les effets neurotoxiques de l'alcool entraînent une carence en thiamine et la mort cellulaire globale à l'intérieur, en particulier dans les zones vulnérables du cerveau.  
  • Cette mort cellulaire entraîne une diminution du volume cérébral global, en particulier dans le lobe frontal / cortex préfrontal, le cervelet et l'hippocampe.  
  • En raison de la neurogenèse, l'abstinence d'alcool sur une période de temps prolongée peut entraîner une restauration des cellules dans ces zones.  
  • Enfin, bien que la recherche illustrant un lien entre la démence précoce et l'alcool soit à ses débuts, elle constitue un avertissement fort de la liste toujours croissante des effets néfastes d'une consommation excessive d'alcool.  

Avez aimé cet article?

Combien de verre d’alcool en moyenne consommez-vous en ce moment?

Qu'allez-vous essayer de mieux pour boire moins?

Quels conseils pour boire moins fonctionnent déjà pour vous?



J'ai hâte d’en discuter de tout ça avec vous dans les commentaires ci-dessous.

Merci d'avoir lu et partagez-le avec un ami ou un membre de la famille à qui cela pourrait être bénéfique !

Jusqu’à la prochaine communication gardez la pêche !

Amour et Gratitude

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page