Le problème de la procrastination : cela vous affecte-t-il ? (Plus comment le surmonter)

LE PROBLÈME DE LA PROCRASTINATION : CELA VOUS AFFECTE-T-IL ? + COMMENT LE SURMONTER

Points forts

1- La procrastination retarde une tâche même si vous savez qu'il y aura des conséquences négatives. 2- Les causes de procrastiner sont basées sur la régulation de l'humeur.

Savez-vous quel est le nom tueur de tous les objectifs? C’est la procrastination.  Les gens ne parviennent pas à réaliser ce qu’ils veulent dans la vie parce qu’ils tergiversent; et ne font jamais rien pour ce qu’ils veulent.

Nous l’avons tous fait – retardé une tâche pendant des heures ou des jours, même si nous savions que nous ferions mieux de le faire plus tôt. Par exemple, selon la recherche , 80 à 95% de gens tergiversent, dont beaucoup sont chroniques; et environ 50% des adultes déclarent succomber à la procrastination au moins de temps en temps.

Alors, qu’est-ce qui motive la procrastination; et pouvons-nous vraiment blâmer quelqu’un ou Internet?

Il s’avère que les humains tergiversent depuis des siècles, et même Socrate; et Aristote ont discuté de remettre quelque chose par manque de maîtrise de soi. Cependant, ce type de retard de tâches ne consiste pas à être paresseux; il s’agit vraiment de régulation de l’humeur et d’un moyen d’ être heureux .

La «grande tâche» devient un symbole de stress; et d’anxiété, nous poussant à la repousser pour quelque chose de plus attrayant.

La bonne nouvelle est que surmonter la procrastination est possible avec quelques soins personnels; et l’établissement d’objectifs. Lorsque vous êtes en mesure de séparer votre soi-même de ce que vous voulez, cela peut faire toute la différence.

Qu’est-ce que la procrastination?

Le problème de la procrastination

La procrastination est très courante en nous. C’est un acte de retarder ce que vous savez que vous devez faire. La procrastination est un acte de retard inutile. Dans la plupart des cas, les personnes qui procrastinent savent qu’elles ne bénéficieront pas de ce retard ou de ce report, mais elles le font quand même.

Lorsque vous avez décidé de bien manger ou de changer votre alimentation, mais que vous retardez cela; et le remettez au lendemain, vous tergiversez.
Quand il est temps de se lever le matin, de changer de tenue de sport; et d’aller faire du jogging,bouger votre corps, mais vous annulez parce que vous vous sentez plus à l’aise pour dormir; et continuer à dormir, vous tergiversez.
Quand vous avez promis à votre conjoint de nettoyer le placard et que vous oubliez de le faire; et que vous dites à votre conjoint que vous le ferez demain, c’est aussi la procrastination, mon ami/e.
La procrastination tue plus de rêves que vous ne pouvez l’imaginer.

Il agit comme un obstacle à la réalisation de tâches importantes et significatives; et nous conduit plutôt à «perdre du temps» sur des activités qui sont insignifiantes ou qui ont peu de valeur.

 

Il y a bien sûr des conséquences à la procrastination chronique, y compris des problèmes liés à:

  • la santé mentale et physique
  • la capacité d’atteindre les objectifs académiques et de carrière
  • le bien-être financier

Les procrastinateurs chroniques ont des niveaux élevés de stress et sont souvent confrontés à des problèmes de santé, notamment la dépression, l’anxiété et les maladies cardiovasculaires.

Alors, devinez quoi? Ils retardent souvent la recherche d’aide pour ces problèmes de santé consécutifs et les ajoutent au cercle vicieux.

Les recherches suggèrent qu’environ 50% des adultes déclarent parfois tergiverser, tandis que 20% d’entre eux affirment le faire la plupart du temps.

Une étude réalisée en 2018 a révélé que les employés adultes consacrent environ 90 à 180 minutes par jour de travail, pendant les heures de travail, à des activités personnelles. Cela entraînerait une perte annuelle par employé d’environ 8 875 $.

Si les adultes sont conscients des conséquences négatives associées au report constant de tâches, pourquoi le font-ils encore? Il est vrai que certains environnements évoquent la procrastination, c’est donc un moyen de réguler l’humeur et l’état d’esprit.

La procrastination : Types / variétés 

Beaucoup de gens n’obtiennent pas les résultats qu’ils souhaitent parce qu’ils ne font pas le travail nécessaire ou ne déploient pas les efforts nécessaires pour produire le résultat.
Oui, certaines personnes travailleront sur leurs objectifs pendant une journée, une semaine ou même un mois, mais c’est tout ce qu’elles feraient. Après cela, ils abandonneront parce qu’ils ont agi mais ne voient aucun résultat.

Réussir exige un travail  et une action cohérente. La réussite consiste à faire le travail lorsque vous avez envie de procrastiner . Il s’agit d’agir lorsque vous pouvez vous reposer. Il s’agit de travailler sur vos objectifs lorsque le reste du monde dort ou s’amuse en jouant aux cartes

 

Une recherche publiée dans la revue Integrative Psychological & Behavioral Science a révélé que la procrastination prend de nombreuses formes; et a plusieurs déterminants. Les motifs de la procrastination varient d’une personne à l’autre.

Afin de définir les nombreux motifs qui conduisent à «l’échec de la tâche», les types de procrastination suivants ont été suggérés:

  • Le procrastinateur perfectionniste : Le procrastinateur perfectionniste est connue pour critiquer constamment son travail, avoir des normes très élevées et craindre l’échec. Cela provoque un sentiment d’anxiété; et de stress autour de la tâche, ce qui pousse la personne à la remettre à plus tard.
  • Le procrastinateur «j’aurais le temps» : Lorsque ces personnes pensent avoir suffisamment de temps pour accomplir une tâche, elles ont tendance à la reporter à la dernière minute.
  • Le procrastinateur ennuyé : Ces personnes trouvent la tâche banale; et préfèrent de loin consacrer leur temps à des activités amusantes qui procurent une satisfaction immédiate.
  • Le procrastinateur anxieux : Ces personnes utilisent la procrastination comme mécanisme pour faire face aux tâches qui provoquent de l’ anxiété . En reportant la tâche, leur anxiété est momentanément soulagée, mais elle deviendra plus intense avec le temps, jusqu’à ce que la tâche soit terminée. Puis le cycle se répète à nouveau.

Ce ne sont pas des catégories scientifiques pour la procrastination, mais elles mettent en évidence les variétés; et les motivations les plus courantes qui sont présentes lors du report de tâches importantes.

CONNEXES : 5 ÉTAPES POUR AVOIR TOUT LE TEMPS DU MONDE POUR VOUS REMETTRE EN FORME

Pourquoi les gens procrastinent-ils?

Comment surmonter la procrastination et construire de bonnes habitudes

Pourquoi les gens procrastinent-ils alors qu’ils savent que cela ne fera que rendre les choses plus difficiles à la fin? Les chercheurs ont un terme pour cela – «incohérence temporelle» – qui fait référence au comportement humain qui tend à valoriser davantage les récompenses immédiates que les récompenses futures.

En un mot, ils croient que les gens laissent la gratification instantanée entraver leurs tâches ou objectifs à long terme.

Une recherche publiée dans Frontiers in Psychology note que la procrastination est souvent associée à des facteurs personnels, cognitifs, émotionnels et motivationnels. Ces facteurs contribuent à notre désir de trouver des expériences passionnantes de «dernière minute», selon les chercheurs.

C’est une stratégie de régulation de l’humeur à court terme qui a des conséquences à long terme.

De nombreuses études traitent de la procrastination chez les étudiants ou les jeunes adultes, mais qu’en est-il de la procrastination des personnes âgées? Bien que la recherche indique que nous procrastinons moins avec l’âge, certaines variables contribuent à retarder les tâches chez les personnes âgées.

Les variables émotionnelles associées à la procrastination des adultes comprennent:

  • le stress perçu
  • la détresse ( dépression et anxiété)
  • la fatigue ou manque d’énergie
  • l’hypertension et maladies cardiovasculaires
  • Un faible bien-être social
  • la vie dans le regret
  • Une satisfaction de vie faible

Comment arrêter de procrastiner?

1. La procrastination: imaginez votre futur moi

Vous couchez-vous avec de grands projets pour le lendemain, mais le matin, vous ne vous sentez pas aussi motivé? Ceci est un excellent exemple de soi futur par rapport au soi présent.

Il est facile de planifier l’avenir, mais atteindre des objectifs à court terme peut être plus challengeant.

C’est pourquoi il est utile de visualiser à quoi vous voulez que votre futur ressemble; et de faire un plan de match réaliste. S’il s’agit d’obtenir la promotion que vous attendiez, d’être en meilleure santé, de vivre dans un espace organisé – quels que soient vos objectifs à long terme – gardez-les à l’esprit tous les jours afin qu’ils vous tiennent responsable.

Se représenter votre futur vous aide également à mettre en évidence vos priorités, qui doivent être prises en compte lors de la définition de votre emploi du temps quotidien.  

Si vous espérez obtenir une meilleure santé, par exemple, vous réveiller tôt; et faire une promenade à l’extérieur peut être une tâche quotidienne. Cela peut être suivi d’un petit-déjeuner sain; et de prendre le temps de méditer ou de prier en pleine conscience .

2. La procrastination: respectez des délais serrés

Plus vous avez de temps pour terminer une tâche, plus vous êtes en mesure de tergiverser. La recherche démontre que le fait d’avoir moins de temps vous rend en fait plus productif. 

Pour éviter de remettre les choses à plus tard, il peut être utile de respecter des délais serrés, en intégrant même des tâches banales à votre calendrier, de sorte que lorsque ce n’est pas accompli, il y a des conséquences immédiates. Lorsque vous ne respectez pas les délais personnels quotidiens, vous ressentez des sentiments de culpabilité et d’échec, ce qui n’est bien sûr pas idéal; mais vous pouvez travailler sur l’utilisation de ces sentiments négatifs comme motivation pour faire avancer les choses à temps.

La positivité que vous ressentez par la suite est beaucoup plus gratifiante.

3. La procrastination: prenez des pauses programmées

Les recherches sur la procrastination montrent que nous retardons souvent le travail sur des tâches stressantes, difficiles ou ennuyeuses parce qu’une autre activité semble plus attrayante . Prendre une pause programmée dans des tâches désagréables pour soulager le stress; et améliorer l’humeur peut aider à promouvoir la productivité.

La clé est bien sûr de respecter le calendrier. Incluez les pauses du travail; et du temps personnel dans votre horaire quotidien et respectez-le.

Prenez le temps pour vous sans vous sentir coupable.

Les promenades en plein air , le yoga, le partage de repas en famille, la lecture d’un livre inspirant, la préparation d’un repas sain; et le jardinage sont d’ excellentes façons de passer du temps personnel .

4. La procrastination: définissez des limites

Passez-vous beaucoup trop de temps sur les réseaux sociaux, surfer sur Internet ou assis devant la télévision? Essayez de vous fixer des limites.

Cela peut ressembler à 10 minutes de médias sociaux ou de navigation sur le Web avant le déjeuner et 20 minutes après le dîner.

Encore une fois, cela ne fonctionne que si vous vous tenez responsable et suivez vos activités; mais avec un peu de motivation, cela peut certainement vous aider à accomplir des tâches et à profiter de votre temps libre bien mérité.

5. La procrastination: séparer le vouloir-soi du devrait-soi

Pour les procrastinateurs, il y a une différence assez nette entre le vouloir-soi; et le devrait-soi. Le vouloir soi adore faire défiler Instagram, regarder les émissions sur Netflix et faire du shopping en ligne, tandis que votre devrait soi est constamment inquiet des tâches à accomplir.

Bien que le soi-même (vouloir soi) soit souvent plus fort, le soi-même est plus intelligent; et peut devenir plus fort avec cohérence. Le simple fait de garder à l’esprit cette distinction peut vous aider à remarquer quand vous tergiversez et à prévoir les conséquences émotionnelles à venir.

6. La procrastination: soyez gentil avec vous-même

Nos émotions changent la façon dont nous voyons une tâche, conduisant souvent à la procrastination. Lorsqu’une tâche semble trop difficile, stressante ou ennuyeuse, nous laissons nos émotions dicter si nous allons accomplir la tâche ou non.

Les émotions négatives contribuent à la procrastination, ce qui conduit à des émotions plus négatives. C’est un cercle vicieux et peut avoir un impact sur votre estime de soi.

Aidez à soulager la culpabilité et le tort qui découlent du report d’une tâche en faisant preuve de compassion et en vous pardonnant. Essayez d’accepter que certaines tâches mènent au stress, mais cela peut être défini comme un bon stress, qui doit être résolu .

Cela vous fait accepter votre comportement, vous rendra moins susceptible de procrastiner la prochaine fois et c’est un pas dans la bonne direction.

7. La procrastination utiliser la règle d’une minute

Au Japon, cette technique est connue sous le nom de méthode Kaizen.

Cette technique est simple à comprendre. La règle est que quel que soit le travail que vous voulez faire ou l’action que vous voulez entreprendre, il vous suffit de vous concentrer et de le faire pendant une minute. Par exemple si vous voulez commencer à faire du sport, à bouger votre corps, engagez-vous simplement à vous entraîner pendant une minute. Une fois que vous avez travaillé sur votre objectif pendant une minute seulement, croyez-moi, vous aurez construit l’élan et vous ne vous arrêterez PAS après une minute. Vous ferez plus. 

Il est dans la nature humaine de vouloir en faire plus et de s’attendre à obtenir des résultats rapidement . C’est pourquoi les pilules amaigrissantes parceque les gens veulent maigrir vite  rapidement se vendent toujours comme des petits pains.Mais c’est entrain de changer.

Rome ne s’est pas construit en un jour.

Les gens veulent des solutions rapides et ils veulent un résultat immédiat. Et c’est aussi pourquoi les gens procrastinent.

Dernière pensée sur la procrastination

  • La procrastination retarde une tâche même si vous savez qu’il y aura des conséquences négatives. Environ 50% des adultes rapportent des procrastinations occasionnelles, tandis que 20% admettent être des procrastinateurs chroniques.
  • Les causes de procratiner  sont basées sur la régulation de l’humeur. Lorsqu’une tâche vous rend stressé, anxieux, ennuyé ou effrayé, vous êtes beaucoup plus susceptible de la retarder. Cela a tendance à devenir un cercle vicieux qui peut avoir un impact sur votre santé mentale et physique.
  • Pour surmonter la procrastination, il aide à garder un emploi du temps, à laisser du temps personnel sans culpabilité, à imaginer votre avenir, à créer des objectifs et vous pouvez aussi utiliser la règle de 1 minute.

Avez-vous aimé cet article?

Et vous quels sont vos trucs et astuces éviter de procrastiner  ? Qu'allez-vous essayer de mieux pour changer la donne ? Quels conseils fonctionnent déjà pour vous ? Merci d'avoir lu Jusqu’à la prochaine communication, gardez la pêche ! Amour et Gratitude

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page